Comment construire un solo ?


|Construire un solo|



Il n’y a pas vraiment de prérequis pour commencer à construire un solo. Chacun avec sa technicité peut apporter son feeling sur la construction d’un solo … Le plus important ici étant le feeling et l’imagination !

Alors comment développer son imagination, feeling et sa technicité ?

|lien vers bas de page|


DÉVELOPPER SON IMAGINATION


|Aller à la table des matières|

Il y a trois étapes au développement de son vocabulaire:

 1/ L’écoute

Écouter des solos c’est facile mais les entendre note à note, c’est tout le but de cette étape.

Afin de savoir identifier la hauteur de toutes les notes qui composent les solos que vous écoutez, il faut entraîner son oreille. Le but étant de savoir chanter le solo (avec votre voix ou dans votre tête) de façon juste.

Commencer doucement avec les parties de solos “faciles ou lentes” puis petit à petit attaquez vous à des parties de plus en plus rapides. Vous pouvez vous aider d’applications ou logiciels qui permettent de ralentir les solos

2/ la technique

Peu importe l’instrument, vous avez des techniques de jeu et des doigtés de bases à acquérir afin de traduire ce que vous entendez, sur votre instrument. Il faut que vous sachiez mettre en relation le son entendu avec la technique utilisée … Il ne s’agit pas seulement de trouver les notes sur l’instrument mais également de trouver une manière d’enchaîner les notes la plus simple possible pour garder une certaine dextérité. Pour la guitare par exemple, il faut trouver des positions qui permettent d’enchaîner les notes avec le moins d’effort, surtout lorsque c’est rapide !

Cela demande de l’expérience: au plus vous travaillerez des solos sur tablature ou partition, au plus vous découvrirez des doigtés et techniques de jeu différents. Autant de vocabulaire technique et mélodique qui vous permettront d’aborder les solos suivants avec plus de facilités. Allez-y progressivement. L’aide d’un prof ou d’un ami expérimenté peut-être salutaire dans certains cas. Sinon aidez-vous de youtube en cherchant un cover de la chanson que vous étudiez.

Une autre méthode pour acquérir du vocabulaire est d’étudier des licks. Ce sont des motifs mélodiques sur l’instrument identifiables ayant un certain intérêt et en assimilant ce ou ces licks, vous augmentez votre vocabulaire disponible pendant vos improvisations. Il en existe pour tous les styles !

InstrumentRockBluesFunkJazzMétal
Batterie-X--X--X--X--X-
Basse-X--X--X--X--X-
Guitare-X--X--X--X--X-

3/ L’imagination

Le vocabulaire technique et mélodique n’est rien sans l’imagination pour personnaliser vos solos !

Comme toujours pour certains c’est inné pour d’autres ça demandera du travail !

L’idéal pour développer votre imagination est d’improviser avec et sans l’instrument. L’avantage de s’entraîner sans votre instrument, c’est que vous vous affranchissez de toutes les difficultés techniques liées à l’application sur l’instrument. C’est un très bon exercice pour développer sa musicalité ! Chaque note que vous imaginez doit être identifiable (chantable), il n’y a pas de place pour l’à peu près. N’imaginez pas des descentes ou montées rapides si vous n’êtes pas capables de la chanter lentement (de la décomposer) … L’inconvénient est que vous ne pouvez pas vous réécouter pour déterminer après coup si ce que vous avez trouvé vous plaît toujours autant !

L’étape d’après une fois que vous avez commencé à développer votre imagination sans l’instrument et de prendre l’instrument et essayer de faire aussi bien.



LE FEELING


|Aller à la table des matières|

Le feeling c’est la capacité à partager (à traduire) ses émotions au travers de la technique instrumentale.

Le feeling est une notion importante pour le musicien. Il permet de toucher le public (émotionnellement) grâce à son instrument. Ce n’est pas une question de technicité même si il faut un minimum de technique pour en avoir.

Le choix des notes et la façon de les jouer sont les principaux éléments qui permettent d’apprécier le feeling sur un solo.

La première étape pour développer son feeling est d’avoir des émotions quand on joue de son instrument ! Ensuite, il faut s’autoriser ou trouver une façon de les traduire sur l’instrument … Cette étape est plus facile quand la technique n’est pas un obstacle !



LE GROOVE


|Aller à la table des matières|

Le groove c’est ce qui donne envie de danser, de bouger, de taper du pied sur une chanson. C’est une empreinte mélodique mais surtout rythmique portée en général par des instruments à vocation rythmique (batterie, basse …).

Les solos de batterie et de basse portent plutôt sur le groove que sur le feeling mais les deux peuvent aussi être mis en valeur par ces instruments.

Le groove est ce que l’on ressent à l’écoute d’un bon rythmicien ! (“Ça groove !”)



STRUCTURER UN SOLO


|Aller à la table des matières|

Ce que je vous propose ici est une recette, ce n’est pas un dogme ni une obligation alors n’hésitez pas à prendre des libertés avec ce qui est écrit ci-dessous:

Début du solo

On commence souvent les solos par des phrases mélodiques simples et inspirées du thème de la chanson. L’important ici est de mettre de l’émotion dans le jeu, pas de la rapidité.

Milieu du solo

Ensuite on peut développer sa technicité/dextérité en gardant des mélodies identifiables sur des motifs exécutés rapidement ou intensément.

Fin du solo

Enfin, le solo se termine par des phrases éventuellement plus lentes mais qui résoudront le solo (qui amène à une fin, à une conclusion).



COMPOSER SES SOLOS


|Aller à la table des matières|

Un exercice intermédiaire est de composer ces solos plutôt que de vouloir les faire sur l’instant. C’est très formateur ! Cela vous permettra de prendre le temps d’étudier la meilleure façon d’exécuter votre solo.

Soit vous le composer en faisant confiance à votre oreille et à votre imagination ou en faisant un exercice d’exploration : Vous pouvez construire des phrases mélodiques en analysant la grille d’accords sur laquelle le solo se joue afin de déduire les gammes/modes que vous pouvez appliquer. Vous pouvez bien sûr ajouter des chromatismes. Soyez vigilant au liant des différentes mélodies que vous créez.

À ce stade, si vous décidez de pratiquer la méthode par l’analyse de la grille d’accords, vous pourrez en apprendre plus grâce aux cours vidéo d’analyse et harmonie.

Les écrire en tablature ou sur une partition est un plus car vous pourrez y revenir plus tard. Surtout enregistrez-vous !



IMPROVISER UN SOLO


|Aller à la table des matières|

Dans le but d’improviser un solo complet, je vous conseille dans un premier temps si vous êtes nouveau sur l’exercice, de composer des phrases mélodiques et de vous entraîner à les jouer. Vous enchaînerez ces mélodies selon votre inspiration en fonction de la grille d’accords.

Mettez vous à l’aise avec l’idée d’improviser un solo (de ne pas savoir à l’avance ce que vous allez jouer) sur des grilles d’accords simples utilisant une seule tonalité/gamme.

Puis, petit à petit, vous ajouterez des petites phrases plus ou moins rapides (en fonction de vos possibilités) pour rendre le solo unique et l’ancrer dans l’instant.



ARTICLES CONNEXES


|Aller à la table des matières|



SECTIONS CONNEXES


|Aller à la table des matières|


|vers le début de la page|

|Liste des articles||Section Tous musiciens|


Lien à la une : Construire un solo

WebmasterPlan du site
Hébergement du site chez OVH